Pas encore inscrit ? | Passe oublié

CALI ... la folle!

01/02/2013 | cali | 2 commentaires |

CALI ... la folle!

            C'est pendant les vacances scolaires que nous décidons de voyager à travers les contrées mystérieuses de la Colombie. La récompense de la dure labeur et du travail de ma belle... Des doutes et des questions subsistent alors sur ce pays tant montré du doigt; et nous n'avons qu'une seule envie, c'est d' en résoudre l'énigme. Carte du pays en main, nous pointons donc l'index sur Cali, la ville la plus proche au nord de nos pâturages Nariñenses. Et nous voilà, après une folle nuit d' adieu avec les copains, à bord d'un bus flambant neuf. Le trajet est assez chaotique le temps de redescendre vers la vallée du Cauca jusqu'à Popayan. Et les longues courbes à travers les Andes en feraient verdir plus d'un. Nous descendons donc depuis Pasto (2600m) vers Cali (800m). Le paysage est alors à couper le souffle, de vertes pentes abruptes et de profonds ravins défilent sous nos yeux. Les couleurs sont splendides et la petitesse de nos êtres face à cette nature encore vierge se fait ressentir.

 

            Cali est la capitale du département « Valle del Cauca », ce nom  lui est dû à la présence du fleuve « Cauca » qui partage cette région et est le deuxième plus grand fleuve de Colombie après le « Magdalena ». Les terres appartenaient aux indigènes « Calimas »  avant l'arrivée des conquistadors. Cali fût alors fondée sur ces riches terres en 1536 après la conquête de Sebastian de Belalcazar.

 

            Aujourd'hui, il fait bon vivre à Cali, c'est le printemps éternel qui certainement donne un air de cité balnéaire à la ville. On y trouve de belles promenades bordées de palmiers, de grands parcs arborés et un quartier colonial en très bon état (San Antonio). Aussi, la cité est réputée mondialement pour ses très belles femmes, qui sont descendantes des esclaves noirs et des espagnols. La population cosmopolite de Cali y est alors vraiment représentative du type « Latino ». On y aperçoit des poumons fortement développés et des fesses un peu abusées... La chirurgie pour les femmes est aujourd'hui monnaie courante ici et parfois d'assez mauvais genre... mais on peut tout de même y admirer de très belles créatures tout à fait naturelles... Surtout, Cali est la capitale mondiale de la Salsa, les puristes diront que la salsa vient de la Havane... idée à ne surtout pas soumettre à un Colombien digne de ce nom !!! La « rumba » est une philosophie à Cali, en ville on  écoute beaucoup de musique, danse comme des chefs et boit comme des trous. On trouve donc à tous les coins de rue, un bar, une discothèque ou même une épicerie diffusant à fond les ballons la Salsa locale sur des enceintes souvent mal réglées et vielles d'un demi siècle. Le tout arrosé par « l'Antioqueño » (eau de vie de la région de Medellin, la meilleure du pays selon les colombiens). Le groupe phare de Cali est « Grupo Niche », avec des tubes mondialement connus des aficionados du genre, comme « Cali Pachanguero », « Una aventura » ou encore « La magia de tus besos » . (Nous créerons prochainement une page spéciale dédiée à la musique).

 

            Arrivé le soir en ville, nous étions attendus par un autre assistant de Français vivant dans le fameux quartier de « San Antonio ». L'hôte, Nico, possède une jolie petite maison coloniale qu'il loue en compagnie de Paulo, un brésilien. Ils sont en train de créer une fondation « Colombo-Brasileira » en ce magnifique lieu. Les habitants, petits ou grands, peuvent profiter des cours de brésilien, apprendre à danser la Samba ou même la Capoëra dans les différents ateliers de la « casa ». Et nous tombons bien, car ce week-end là, une grande fête était organisée à l'occasion du premier anniversaire de la fondation. Nous aidons donc à la mise en place de l'évènement. C'est partit pour le gonflage de ballons, l' installation du patio, et la réalisation de différentes peintures aux couleurs des deux nations concernées.  

            Le ton est donné, samba, salsa et danse du pacifique en première ligne. Le tout arrosé de Caipirina et de bières locales (Costeña et Poker). La foule commence à entrer et à se mettre en jambe au bar. Comptoir tenu par nos trois acolytes argentins, eux-mêmes, dépassés par leur tache et très certainement un peu amochés par l'apéro englouti entre organisateurs... Nous étions alors une centaine à danser, chanter, et discuter. La soirée continue et les belles Caleñas voient entrer à leur insu, LA « Garota »... une très « remarquable » danseuse de Samba qui met le feu aux caleçons... euhhhh... je voulais dire... aux Caleños. Ici, c'est une tradition que de faire venir dans les fêtes privées, une danseuse, une fanfare ou juste de jolies filles pour agrémenter la soirée... Nous avons aussi eu droit à de doux airs d'accordéon joués par notre ami Alejandro, tout droit venu de Buenos Aires; un prodige en la matière. Ce n'est qu'après quelques moult pas de Salsa et de Samba, que nous nous assoupissons à la belle étoile dans notre lit de fortune. Au réveil, le patio et les différentes pièces de la maison méritaient bien d'être astiqués et nous nous y mettons après un « maté » argentin.

            Après ce grand ménage, nous allons faire un tour dans le centre de Cali, visiter « el Parque del Gato », symbole de la ville, la place principale et son église « Nuestra señora de Mercedes » et le marché du centre. La ville en soit, n'as pas vraiment d'intérêts culturels et à ses heures, peut être très dangereuse (paraît il). Nous ne nous attardons donc pas. Le soir même, nous partons dans un grand parc à deux pas de la maison pour discuter,  échanger nos idées de voyage et refaire le monde avec Coco, Ornela et Ale les argentins. Nous faisons alors plus connaissance et décidons de continuer notre aventure avec l'un d'eux. L'accordéoniste bien entendu...

 

            Le lendemain, nous partons pour « Pance »(se lit Pancé bien entendu...), petite bourgade tout près de Cali où coule une rivière magnifique et fraiche à souhait... On nous raconte ici des récits du pays, les bagarres à la machette et surtout qu'il fait bon vivre dans ce village. Après un petit repas à la table familiale « de je ne sais plus comment s'appelle la dame »... nous partons nous promener le long du merveilleux cours d'eau et prendre le temps d'évacuer l' excès d'eau de la veille. Après quelques baignades et ricochés, nous prenons le chemin du retour. 

 

            Nous dormons une nuit de plus à Cali, et, au petit matin, après adieux et remerciements par milliers, nous partons pour Arménia, à quelques trois petites heures accompagnés de notre barde...

 

A bientôt...

 

TM.

 

 

 

 

 
Note : 5.00 - 27 votes



Commentaires
  • par monique 06/02/2013 Alerter

    Muy, muy caliente la Garota!!!! J'imagine les danses endiablées !!!!

  • par totoche 06/02/2013 Alerter

    Que c'est bon de vous lire....enfin !!et que vos récits de balades et de votre vécu colombien sont vivants, interessants, passionnants et chauds-chauds !! on s'y croirait presque ! Les photos de ce magnifique pays sont super....paysages et personnages ! On en redemande ! Profitez...profitez ! Bizous

Ajouter un commentaire


Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier Inscrivez-vous!

Si vous ne souhaitez pas vous connecter, mettez simplement
Votre nom Votre email :


Devenez Tripper !
Mes trips Carte de mes trips
Participer au forum
Mes photos

© 2018 Tripper-Tips.com | CGU | Pub | Contacts | Support | Partenaires |Tripper-Tips.com en page d'accueil